Flash info

Danièle Boni Claverie : « Nous sommes venus dire au président Bédié que nous sommes à sa disposition »



C’est ce qu’a confié la présidente de l’URD à la presse, en fin d’audience. « Comme tous les Ivoiriens qui ont été nombreux à vouloir témoigner leur sympathie au président Bédié, nous avons tenu au nom de nos partis respectifs et le président Ouattara Gnonzié au nom de la Coalition qui entoure le PDCI-RDA de pouvoir lui exprimer notre sympathie surtout dans ces moments douloureux. Nous en avons également profité pour lui présenter nos condoléances pour le décès du Premier ministre Charles Konan Banny. C’était l’un de ses collaborateurs et nous savons qu’il a été très affecté », a souligné Danièle Boni-Claverie.

Qui, par ailleurs, n’a pas manqué de noter qu’ils ont échangé en outre avec leur hôte sur la situation sociopolitique. « Il est évident que nous avons abordé la situation sociopolitique. Nous avons fait un tour d’horizon. Nous sommes venus lui exprimer le soutien de cette opposition non parlementaire, extra parlementaire mais qui est là et qui existe avec des militants qui ont des choses à dire. Nous-mêmes, nous prenons des positions.

Donc nous sommes venus lui dire que nous étions toujours à sa disposition et que nous espérions que l’opposition va retrouver très bientôt son unité pour continuer la marche en avant », a-t-elle ajouté avant de faire cette précision relativement au dialogue national « L’URD a souvent exprimé sa position sur le dialogue national et nous sommes claire là-dessus. Nous disons que le combat actuel c’est justement la tenue de ces assises (…) Nous disons qu’il faut donner un contenu à la réconciliation et ce contenu passe par la tenue d’un dialogue national ».
Pour sa part, le président du Rassemblement pour la paix (RPP) a émis le souhait de voir l’opposition se restructurer pour reprendre le combat en vue de l’objectif 2025. « L’opposition doit se relever et oublier ce qui s’est passé aux dernières élections présidentielles et législatives et se remettre au travail. Il faut structurer cette opposition pour reprendre un nouvel élan et reprendre le combat où nous l’avons laissé en 2020. Et naturellement il y a la réconciliation parce que pour aller en 2025, il faut avoir franchi nettement et fortement le pas de 2020. C’est-à-dire oublier 2020 et aller à la conquête de 2025 », a relevé Ouattara Gnonzié.
 
Nouveau Réveil





Photos inedites



Facebook

Interview